Newsletter

Newsletter mars 2020

Le mot du président


Je n’ai pas envie de rajouter à toutes les informations que nous recevons quotidiennement sur le COVID-19.  Cependant, cette crise a un impact considérable sur nos vies et sur nos activités professionnelles.  La psychologie du travail se base essentiellement sur le contact humain.  Que nous fassions du recrutement, de la formation, de la prévention, des études de marchés, l’humain est notre matière première.  Sans cette matière première, nous sommes inutiles.  Les mesures, indispensables évidemment, prises par le gouvernement nous confrontent soudainement et brutalement à cette réalité.  Pour les indépendants qui voient leurs missions purement et simplement annulées, le choc est d’autant plus brutal.  D’autant qu’il est probable que ces mesures s’étendent jusqu’à la fin avril.  Il faudra donc tenir.  Tenir économiquement bien sûr mais aussi psychologiquement.  C’est pourquoi nous avons publié deux articles dans cette newsletter, l’un concernant les mesures prises par le gouvernement pour aider les indépendants.  L’autre, publié par le VVKP pour mettre en place des techniques afin de mieux passer cette période de confinement.


Cependant, certains membres de notre groupe LinkedIn (plus de 950 membres) observent déjà des situations potentiellement néfastes du télétravail contraint et de l’envahissement de la vie privé dans la vie professionnelle : voir l’article de Xavier Zunigo ici : https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6647747913520857088


Pour finir ces quelques mots, je pense qu’il ne faut pas perdre de vue que nous avons des métiers essentiels et que nos collègues auront, dès que ce confinement sera terminé, plus que jamais besoin de psychologie, d’empathie, de soutien et de sens.    Plus que jamais, faire partie d’un groupe, d’une association est indispensable pour rester connecté et trouver des ressources face aux crises. 


Tenons bon !!


Johan

L’APTO, un grand réseau mais peu de cotisants


Vous faites partie d’un grand réseau.  Avec plus de 950 membres sur LinkedIn et plus de 1100 souscripteurs à cette newsletter, notre association a une influence et un rayonnement certain.  Pour preuve nous sommes des interlocuteurs reconnu par nombre d’instances :  SPF emploi, Commissions des Psychologues, FBP, WOPsy, etc.. 


Cependant, nous peinons chaque année à rassembler quelques dizaines de membres cotisants.  Et comme chacun sait, l’argent est le nerf de la guerre.  Nous sommes tous bénévole au sein de l’association, donc l’argent de nos membres sert essentiellement à leur rendre service et payer les infrastructures.  Soutenez-nous, devenez cotisant en suivant le lien suivant: section "membres"

Notez que si vous vous êtes inscrit(e) après le 1er octobre 2019, vous êtes en ordre de cotisation.


N'hésitez pas à rejoindre notre groupe sur LinkedIn et partagez vos idées, soucis, questions :

https://www.linkedin.com/groups/125938/

 


Comment se maintenir en bonne santé mentale ?


Cet article a été publié par nos excellents collègues cliniciens du VVKP et est reproduit avec leur aimable autorisation.  Veuillez consulter aussi leur dossier ici : https://vvkp.be/dossiers/psychologen-en-het-corona-virus


Plusieurs confrères ont déjà été interviewés dans les médias pour informer la population sur la manière de rester en bonne santé mentale dans ces circonstances angoissantes. Les recherches montrent à quel point la quarantaine et l'isolement social peuvent être stressants. Nous lançons donc un appel aux médias pour qu'ils diffusent davantage ces conseils, par exemple sous la forme d'un film informatif. À cet effet, nous nous référons, par exemple, au film de sensibilisation réalisé par un certain nombre de Flamands connus pour la prévention du Coronavirus. Nous sommes d'avis que les conseils suivants en matière d'hygiène mentale sont au moins aussi importants dans ces circonstances plutôt exceptionnelles.

 

Fournir des routines fixes

Les personnes en situation d'isolement social abandonnent rapidement leur routine fixe. Cependant, cela peut avoir un impact négatif sur votre humeur. Après tout, les routines fixes offrent une prise et une certitude en ces temps incertains. Découvrez par vous-même comment vous pouvez les installer régulièrement, notez-les et essayez de les respecter autant que possible. Vous pouvez également partager cette planification avec votre partenaire ou votre famille.


Restez en contact les uns avec les autres

Les mesures relatives à l'isolement social et à la distanciation sociale constituent un véritable défi pour de nombreuses personnes. Surtout, restez en contact les uns avec les autres par le biais des médias disponibles. Utilisez les outils numériques (tels que FaceTime, Whatsapp, Skype, Zoom, Whereby, ...) pour que vous puissiez également vous voir ! Les contacts sociaux sont utiles car vous pouvez :

    • Partager et libérer des émotions
    • Vous aider mutuellement à examiner des informations objectives
    • Vous soutenir mutuellement


Planifier ces contacts à l'avance et de manière structurée (avec par exemple vos parents, grands-parents, enfants ou amis) peut vous aider, vous et d’autres, et réduire le sentiment d'isolement social.


Recherchez des informations objectives, mais n'en cherchez pas trop

Ceux qui ont peur et sont anxieux sont constamment à la recherche d'informations sur la source de leur peur. Cela a beaucoup de sens. Cependant, beaucoup de nouvelles circulent et tout n'est pas vrai. Essayez d'utiliser des sources objectives telles que le site web du gouvernement Covid - 19. N'hésitez pas à partager ces informations entre vous. Toutefois, limitez votre recherche à quelques moments fixes par jour (par exemple, le journal télévisé) afin de ne pas passer la journée entière à vous inquiéter du virus continuellement !


Déplacement

La relaxation physique est un excellent moyen de rester en forme, tant physiquement que mentalement. Les lignes directrices vous permettent toujours de sortir dans la nature, bien que dans un groupe limité et à une distance suffisante les uns des autres. Vous pouvez également faire preuve de créativité chez vous. Il peut être utile de planifier la relaxation physique dans votre planning quotidien.


Prenez bien soin de vous

Surveillez vos habitudes de sommeil et d'alimentation. Ce sont des fonctions de base dont nous avons besoin pour fonctionner correctement, ce qui signifie également qu'elles contribuent à notre bien-être émotionnel. Essayez donc d'adopter et de maintenir une alimentation normale (petit déjeuner, déjeuner, dîner, collation) et essayez de manger suffisamment de légumes et de fruits sous la devise « mens sana in corpore sano ».


En outre, assurez-vous de dormir suffisamment et d'avoir une bonne hygiène du sommeil. Vous pouvez le faire en vous levant et en vous endormant à heure fixe. Il est préférable de limiter votre temps d'écran avant de vous coucher et il n'est pas conseillé de vérifier le dernier état du virus à ce moment-là. Lisez plutôt un livre, par exemple.


Parlez-en avec vos enfants

Discutez avec vos enfants de l'évolution future de la situation d'une manière honnête et adaptée à leur âge. Les parents peuvent également contribuer à réduire le stress en permettant à leurs enfants de se concentrer sur leur routine quotidienne et leur agenda. N'oubliez pas que les enfants observent attentivement votre propre comportement et vos émotions en tant que parent et qu'ils captent des signaux sur la façon de gérer leurs propres sentiments pendant cette période. En tant que parent, vous êtes un modèle pour votre enfant.


Ne reportez pas votre prise en charge psychologique

Vous sentez-vous accablé par la peur, le stress, la solitude ou des pensées dépressives à la suite des messages/mesures concernant le virus ? Cela dérange-t-il votre vie quotidienne ? N'hésitez pas à contacter votre psychologue. Les pratiques restent accessibles, tant par téléphone que par voie numérique. La télé-réception reste également accessible au numéro 107 ou via le chat.

Étiez-vous déjà en consultation ? Alors, continuez aussi longtemps que vous le pouvez !


Les psychologues seront de plus en plus utilisés dans l'accueil de la population et du personnel soignant. Il n'est pas certain que vous puissiez continuer à recevoir des conseils. Discutez avec votre psychologue des possibilités de poursuivre vos soins en ligne ou par téléphone.

 

Les mesures gouvernementales de soutien à l’économie et aux indépendants.


Comme vous le savez, nous sommes liés, au travers de le Fédération Belge des Psychologues (FBP), à l’Union Nationale des Professions Libérales et Intellectuelles de Belgique (UNPLIB).   Cette association a presque quotidiennement des contacts avec nos institutions fédérales, régionales et communautaires.  Elle est en capacité à relayer nos craintes et difficultés.  Le gouvernement a pris d’ailleurs un certain nombre de mesures d’aides.  Voir ici

Mais cela n’est pas toujours clair.  Un comptable a préparé un document plus structuré que nos membres cotisants (hé oui, il faut bien qu’ils aient des avantages) pourront recevoir sur simple demande à info@apto.be


ON RECRUTE !!


Nous sommes plus que jamais à la recherche de bénévoles.  Mais pour quoi faire ?  Alors voici quelques exemples de fonctions que l’on peut occuper même si vous n’êtes pas psychologues :


Secrétariat : en tant que secrétaire vous vous occupez de la logistique des réunions (planification, invitation et comptes-rendus des réunion).  Charge de travail : 4 à 6h par mois


Représentant à la Commission des Psychologues.  Participez à 4 réunions de 2-3 heures par an pour représenter les psychologues du travail et des organisations.  Attention vous devez être en ordre de cotisation à la Commission pour en faire partie. Voir article sur la Commission.


Community manager.  Comme vous le savez, nous avons une communauté de près de 1000 membres sur notre groupe LinkedIn.  Nous voudrions la développer et la promouvoir. Nous estimons la charge de travail à 1 à 2 heures de suivit par semaine


Organisateur/trice de conférence.  Vous avez envie d’organiser des conférences pour nos membres, vous avez des idées de conférences à organiser, rejoignez-nous.  Difficile d’estimer la charge de travail car cela dépend d’une conférence à l’autre.  Une conférence simple (un orateur) peut prendre 6 à 7 heure de travail par conférence, évidement à répartir sur plusieurs semaines.


Administrateur : vous souhaitez rejoindre une équipe motivée et ambitieuse pour promouvoir la psychologie travail et des organisations, n’hésitez pas à nous rejoindre.  La charge de travail varie de 4 à 6 heures par mois.


Vous pouvez aussi nous rejoindre si vous avez un projet à nous proposer.


Un contact : info@apto.be



 

Nouvelles de la Commission des Psychologues


La Commission des psychologues est un organisme public fédéral indépendant qui est compétent pour le titre et la déontologie des psychologues de Belgique, indépendamment de leur nationalité, contexte professionnel ou statut. Son fonctionnement est régi par des lois et des arrêtés royaux ou ministériels. Cette instance relève de l’autorité du ministre des Classes Moyennes qui est le ministre de tutelle. Les personnes désireuses d’exercer en Belgique sous le titre protégé par la loi de « psychologue » doivent s’enregistrer auprès de l’instance en tant que psychologues. Via cette inscription, elles s’engagent à respecter le code de déontologie du psychologue qui est ancré juridiquement.


Tous les 4 ans, nous (APTO) devons nommer des représentants pour le secteur du travail et des Organisation (4 réunion par an).   Nous recherchons des membres de l’APTO pour nous représenter à cette importante instance pour les psychologues.  

Pourquoi faire partie de la commission des psychologues en tant que psychologue dans une organisation ?  Parce que le code de déontologie auquel vous souscrivez en la rejoignant garanti la qualité de votre travail et vous protège aussi par rapport à certaines pressions éventuelles.


L’APTO est très attentive à l’évolution de la Commission.  Récemment la Ministre de la santé a pris une position qui pourrait mettre en difficulté cette Commission.  En effet, elle a estimé que les psychologues cliniciens n’étaient pas obligés de s’inscrire à la Commission des Psychologues pour exercer et être reconnu comme psychologues cliniciens.  Or une grande partie des 14.000 psychologues inscrits à la Commission sont des cliniciens.  Ceci pourrait avoir pour effet de voir ses moyens considérablement réduits et donc son influence.  Or nous, psychologues du Travail et des Organisation, nous perdrions là un levier d’influence potentiel important et cela pourrait mettre en péril, à notre avis, la solidarité entre psychologues de toute obédience telle qu’elle existe aujourd’hui.  Nous vous tiendrons au courant des suites de cette affaire.

 

Futures activités

Nous avions plusieurs projets de conférences et d’activités « dans le pipe » comme on dit mais le COVID-19 a chamboulé un peu tout cela.  Ce que je peux d'ores et déjà vous annoncer c’est que nous réunissons bientôt avec le SPF emploi et nos collègues néerlandophones de la VOCAP pour organiser en octobre ou en novembre une grande conférence.  Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant.



RESTONS CONNECTES

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Facebook

Association pour la Psychologie du Travail et des Organisations